Les Faits


- Depuis la venue en mars dernier de la nouvelle municipalité , la présidente de l’association cherche à joindre des membres de la nouvelle équipe et demande une réunion afin de renouveler la convention qui se terminait au 31 Janvier 2014: aucun retour.

- 13 décembre : Visite musclée de l’Autrement Bon par du personnel de la cuisine centrale de la ville, au moment du « coup de feu », alors que l’équipe travaillait ce soir là en autonomie :
Aucun document écrit pour se présenter
Ils interdisent à l’un des cuisiniers de nous joindre et fouillent dans toutes les réserves.

- 18 décembre : Rendez vous de l’association avec M. Bounet, DG de Clamart

M Bounet ne nous a fourni aucun document, mais tout en regardant sa tablette il a interprété à sa façon les infos données par le personnel qui était venu le samedi précédent, sans vouloir entendre les explications que les membres du CA de Polysongs tentaient de lui donner. Il a finalement ordonné de cesser toute activité de restauration puisque -disait-il – l’hygiène était catastrophique. (Ce que nous contestons bien entendu). Nous avons aussi subi des insultes : « incompétents, et meurtriers en puissance »

- 18 décembre à 16H . Des photos sont prises dans les réserves de l’association par une personne de la police municipale, hors de la présence d’aucun membre de l’association.

- 20 décembre : Annick Marquet -présidente de Polysongs – est convoquée à la police municipale et est contrainte de signer le PV qui accompagne les photos en question.

- 22 décembre : Arrêté du maire confirmant l’interdiction de distribuer ni nourriture ni boisson à l’Autrement Bon, en s’appuyant sur le PV précédent.

Suite à tous ces faits:
Le Conseil d’Administration de l’association s’est réuni, a décidé de répondre à l’arrêté en demandant le recours gracieux. Cela a pris du temps pour répondre à tous les points énoncés dans l’arrêté et établir un contre rapport au procès verbal.

Mardi 20 Janvier, lors d’un rendez vous avec le Maire JD Berger et la Présidente de la communauté de communes MH Amiable, malgré les demandes des personnes du bureau de l’association, le maire reste sur sa décision. Le Maire voudrait, semble-t-il refaire un appel à projet en rénovant le lieu et reprenant les mêmes idées que celles que nous avons développées. Mais, pour l’instant il nous demande de tout quitter et de tout débarrasser.

Sur les conseils d’un avocat de la Maif, nous montons un dossier de référé suspensif et référé en annulation qui a été déposé lundi 26 .